Home » Communiques » Mauritanie : Esclavage sur mineur Tentative de dissimulation, recel et blanchiment de crime

Mauritanie : Esclavage sur mineur Tentative de dissimulation, recel et blanchiment de crime

Une attitude prévisible

 

Comme nous le pressentions à l’occasion d’une note d’alerte du 13 février, sur le récent cas d’esclavage, dans la région du Guidimakha, la fabrique du déni automatique et de la contrefaçon s’est mise en branle, comme un réflexe. Une vidéo partagée au fil des réseaux sociaux expose la nouvelle version de l’enfant victime de travail forcé, avec le concours de ses présumés parents, tous en plein exercice de falsification. Ils contestent les faits initialement allégués et accusent l’Ira d’avoir inventé le récit. Entouré des adultes auteurs de son sort, le garçonnet de 8 ans témoigne contre la dame qui l’a recueilli, chez elle, au village de Zweinliya. Selon lui, elle l’aurait contraint à raconter une fausse histoire, en l’occurrence celle de l’audio où il explique son calvaire et les raisons de sa fuite, loin du bercail, à la recherche d’un asile. En somme, le maître devient un oncle, Beibbeu n’a jamais été molesté ni obligé de garder le bétail et, surtout, il se serait perdu dans la nature, jusqu’à son arrivée dans une localité distante de 13 km environ. Il convient de bien visionner le film de propagande (cliquer ici) pour défaire le montage et en dénouer les ficelles.

 

Une tradition d’imposture

 

Depuis la dictature du Colonel Ould Taya et ses déboires fameux avec l’association SOS Esclaves, les services de sécurité se sont habitués à la posture défensive du démenti, peu importent les moyens requis à la réalisation d’une telle fin. Pour produire de la fraude en vue de travestir l’actualité de l’esclavage, tribu, parents, connaissances, proches, voisins ou badauds sont soumis à un cumul de pression – de la menace à la promesse, en passant par l’achat des consciences.

 

En vertu de cette jurisprudence du pire, l’honorable Mohamed Ould Ikabrou, Procureur de la république à Selibaby, déclarait aux militants de Ira venus dénoncer la maltraitance et le trafic de personne, que la lanceuse d’alerte, à l’origine de l’affaire, est une « ressortissante du Mali » prise en flagrant délit de nuisance à l’image de la Mauritanie. Or, la brave Hawa Mint Bilal secourait un humain en bas âge, guenilleux, épuisé et urinant le sang. Au lieu de lui décerner une distinction nationale du mérite et lui confier la garde de l’enfant avant la décision de justice, l’Etat oppose à Hawa le soupçon et l’opprobre. Ainsi, de confusion en doute, l’on oublie le fond du contentieux : Comme la fille Ghaya Maïga en septembre 2019, Beibbeu, déscolarisé et travailleur sans salaire ni état-civil, se retrouve à la merci de ceux qu’il a fuis. Le constat factuel ne souffre aucune réserve. Cependant, dans la logique du système de domination, un rejeton de famille servile peut être exploité par les siens.

 

Un pouvoir faible et miné de l’intérieur

 

Les cas de Beibbeu Ould Cheikh et de Ghaya Maiga dévoilent le tâtonnement d’une gouvernance, sans cesse tiraillée entre façade de modernisation et enracinement du conservatisme. Les juges en charge d’appliquer la loi ignorent le principe de prééminence du droit international sur les normes internes. En vertu de leur socialisation, la plupart qualifient l’esclavage de pratique prévue dans la Charia’a et, à ce titre, de l’ordre de la normalité islamique. En Mauritanie, le prétexte extensible de la religion couvre une infinité d’abus.  L’impasse requiert des interrogations :

 

  1. Comment le gouvernement mauritanien compte-t-il résoudre la situation de Beibbeu et de ses frères et sœurs dont lui-même relatait l’infortune, avant son retournement ?

 

  1. Quelles mesures de sanction ou de récusation, le Garde des sceaux entend-il diligenter à l’endroit du magistrat Ould Ikabrou, s’il souhaite garantir un traitement équitable par le Parquet ?

 

  1. A partir de quel moment, la doctrine officielle en matière d’esclavage et de racisme évoluera-t-elle, du tripatouillage laborieux à l’acceptation de la vérité ?

 

  1. S’il existe, au sommet du pouvoir, une volonté d’en finir avec la décennie de l’occultation et des faux semblants, pourquoi la continuité de tels comportements prévaut-elle encore parmi les fonctionnaires et auxiliaires de de la justice ? Autrement dit, l’autorité politique dispose-elle d’un centre de décision ou subit-elle, en son sein, la compétition d’intérêts divergents ?

 

Conclusion

 

Des secteurs de l’appareil d’Etat œuvrent à rebrousse-poil des intentions de réforme – d’ailleurs revendiquées à vide – depuis l’alternance de juillet 2019 ; quand la police diffuse des d’images et des vocaux relatifs à des enquêtes en cours, elle suscite la demande sociale de coercition et instille, aux citoyens les germes de la discorde ; hormis le dysfonctionnement, révélateur de lacunes de déontologie et d’éthique dans une profession en surcharge d’impromptu et de bavure, l’hypothèse d’un complot de déstabilisation endogène prend forme. Il appartient au Président de la république et à son Premier ministre d’y faire face.

 

Liens connexes :

 

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2468601346579642&id=100002894035054

 

https://www.chezvlane.com/Mauritanie-encore-un-cas-d-esclavage-traditionnel-sur-mineur-audio_a18131.html

 

https://www.chezvlane.com/Noirs-et-homosexuels-en-Mauritanie-la-double-peine_a17987.html

 

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20190926-mauritanie-esclavage-ghaya-maiga

 

Initiative de résurgence abolitionniste en Mauritanie (Ira-M)

Nouakchott, 17 février 2020

Share Button

1 seul commentaire

  1. Madame, Monsieur,

    Je vous écris aujourd’hui pour une demande quelque peu spéciale (mais toutefois réalisable, me semble-t-il).

    Permettez-moi tout d’abord de me présenter brièvement ; mon nom est Rémy Trummer et je travaille pour une petite école privée en Suisse qui forme des futurs étudiants universitaires à passer leurs examens d’entrée. Nous organisons chaque année pour nos élèves plusieurs voyages thématiques, dont un au Sénégal sur la traite négrière atlantique.

    Interpellés par le sort actuel des esclaves en Mauritanie, nous aimerions beaucoup recevoir de la part de l’un(e) de vos représentant(e)s, une présentation sur la situation actuelle de l’esclavage en Mauritanie et sur les actions menées par votre ONG.

    Cette présentation serait suivie d’un échange entre votre représentant(e) et nos étudiants, et aurait pour but principal d’interpeller et de conscientiser ceux-ci sur le sort terrible (mais pourtant bien réel) des esclaves en Mauritanie.

    Notre voyage étant malheureusement déjà bien organisé, je vous prie de m’excuser par avance pour cette demande de dernière minute et pour l’étroite limitation de nos disponibilités. En effet, cette présentation devrait idéalement avoir lieu à bord du bateau que nous louons sur le fleuve Sénégal (Bou El Mogdad), et devrait se tenir soit le mardi 25 février au soir, soit le mercredi 26 au matin. Votre représentant(e) aurait évidemment la possibilité de loger et de manger à bord (à nos frais bien sûr) et celui/celle-ci devrait embarquer et débarquer à Dagana.

    Il va sans dire également que tout frais liés au déplacement et à la prestation demandée seraient pris à notre charge.

    Si cette proposition vous semble réalisable et vous intéresse, je vous laisserais me répondre au plus vite afin que nous puissions échanger plus amplement sur des questions d’organisation. En cas de besoin, vous trouverez mon numéro de téléphone au bas de ce courriel.

    En espérant que cette demande puisse aboutir et en vous encourageant de tout cœur dans votre noble mission, je vous adresse, Madame, Monsieur, mes salutations les meilleures.

    Rémy Trummer
    Assistant de direction
    +41 77 464 47 81

    École PrEP
    Rue de Bourg 5-7-9
    1003 Lausanne
    Suisse

Laisser un commentaire à Trummer Rémy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*