Home » Communiques » Laudatio pour M. Biram Dah Abeid

Laudatio pour M. Biram Dah Abeid

Octroyé à Leuven le 4 février 2019 par le

Président du Conseil des étudiants Robbe Van Hoof, promoteur docteur honoris causa

 

 

Monsieur le Recteur,

Vos Excellences,

Chers professeurs,

Mesdames et Messieurs,

Et pour couronner le tout

Chers étudiants,

 

«Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience, et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. »

Voici quelques-uns des premiers articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme. De plus en plus, chaque jour, cette déclaration fait l’objet d’attaques politiques. À une époque où les valeurs démocratiques sont de plus en plus mises sous pression et où les dirigeants autocratiques reprennent le devant de la scène, nous avons besoin de personnalités inspirantes pour avancer et lutter pour ce qui est juste. Ce 4 février marque le 225e anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans la France révolutionnaire. Il est dès lors tout à fait approprié qu’aujourd’hui nous rendions hommage à Biram Dah Abeid et à son travail visant à mettre un terme à l’esclavage moderne, tant dans son pays d’origine, la Mauritanie, qu’à l’étranger.

Descendant lui-même d’esclaves modernes, Biram a été confronté très jeune dans son pays natal à une discrimination profondément enracinée à l’égard des noirs. Dès ce moment-là, il a consacré sa vie à libérer et à réintégrer de centaines de milliers de personnes qui seraient encore prisonnières de l’esclavage en Mauritanie et il est devenu l’un des principaux militants anti-esclavagistes du monde. Malgré l’abolition légale et la criminalisation de l’esclavage en Mauritanie en 2007, elle reste le pays où la prévalence de l’esclavage est la plus élevée, avec un nombre d’esclaves modernes étant estimé entre 10 et 20% de sa population. Alors que le gouvernement se mure dans la complicité avec les esclavagistes, il incombe à des hommes et des femmes comme Biram de se lancer dans la lutte pour la liberté.

Tout au long de sa jeunesse, Biram a été confronté aux inégalités sociales et aux injustices qui étaient omniprésentes dans la société. C’est à ce moment-là qu’il s’est engagé à mettre fin à l’esclavage mauritanien. Après l’obtention de sa maîtrise en histoire et de son diplôme d’études approfondies sur l‘histoire de l’esclavage au Sénégal, Biram a commencé à lutter contre ces inégalités dans son pays d’origine sur le plan politique. Soutenant différentes ONG, organisant des sit-in et des marches locales, il a essayé de sensibiliser davantage l’opinion publique et il a affronté des propriétaires d’esclaves.

 

En 2008, Biram a fondé l’élément clef de cette lutte, à savoir l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste. Au cours de la dernière décennie, cette organisation s’est battue pour la liberté d’innombrables hommes, femmes et enfants. Les manifestations, les procès et les actions de libération de l’organisation ont sauvé de nombreuses personnes de leur vie en servitude. Les hommes et les femmes courageux qui défendent cette cause sont régulièrement harcelés et traités sévèrement au cours de leur campagne. Les défenseurs des droits de l’homme qui dénoncent et contestent la pratique de l’esclavage moderne sont continuellement pris pour cibles par ceux qui sont au pouvoir et qui refusent toujours d’accepter le changement. Des militants anti-esclavagistes sont incarcérés tandis que des propriétaires d’esclaves bénéficient de toute impunité.

Il y a un peu plus d’un mois, Biram a été libéré par le gouvernement après son arrestation en août. Au fil des années, il a été menacé, harcelé et emprisonné à plusieurs reprises. Malgré cette menace constante, il a juré de poursuivre sa lutte contre l’esclavage jusqu’à la fin de celle-ci en Mauritanie. En contraste frappant avec la persécution qu’il subit chez lui, la communauté internationale reconnaît ses efforts continus. En 2017, après qu’il ait reçu le Prix des droits de l’homme des Nations Unies en décembre 2013, ainsi que de nombreuses autres récompenses, le magazine Time a classé Biram Dah Abeid parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde.

À une époque où l’engagement social est remis en question et caricaturé en ce moment même, nous avons besoin davantage de modèles pour inspirer le changement. Biram fait ce qui est juste. Avec son dévouement constant et continu à cette cause juste, il est un exemple inspirant pour nous tous, tant pour les aînés que pour les jeunes. La KU Leuven investit énormément, à titre d’université, dans l’engagement social de ses étudiants. Au tant qu’étudiants de la KU Leuven et jeunes engagés, nous considérons cet engagement social non seulement comme un élément important de l’évolution personnelle, mais également comme un élément crucial afin de faire partie d’une société moderne. Nous souhaitons encourager cet engagement par tous les moyens nécessaires. Grâce à ce doctorat honoris causa, nous souhaitons, en tant qu’étudiants et en tant que communauté universitaire, saluer les courageuses contributions de Biram Dah Abeid et lancer un message d’espoir. Que son combat pour les plus vulnérables soit un exemple pour les jeunes. Laissez-nous toujours croire que le changement est possible et qu’une société plus juste et plus équitable est toujours à portée de main.

Le changement est un objectif difficile et souvent effrayant à atteindre, mais lorsque suffisamment de personnes courageuses comme M. Biram Dah Abeid défendent une cause juste en laquelle elles croient sincèrement, rien n’est impossible.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Recteur, je vous demande, sur proposition du Conseil académique, d’octroyer le doctorat honoris causa de la KU Leuven à M. Biram Dah Abeid.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*