Le président Birame Dah Abeid est emprisonné!


Home » Communiques » Note d’alerte: Une lanceuse d’alerte arrêtée pour avoir dénoncé de présumées accointances entre le gouvernement et les groupes jihadistes

Note d’alerte: Une lanceuse d’alerte arrêtée pour avoir dénoncé de présumées accointances entre le gouvernement et les groupes jihadistes

  1. Le 17 mai 2018, à Nouakchott, huit véhicules de la police investissent la maison de Mariem Cheikh, membre du Conseil exécutif de l’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA), plusieurs fois arrêtée, torturée, jugée et condamnée, à cause de son engagement pour l’égalité des droits civils, politiques et la fin des discriminations de race.
  2. Dans une vidéo de 2015, re-partagée sur les réseaux sociaux depuis la mi-mai, elle dénonçait la tolérance dont jouissent les jihadistes, de la part des autorités officielles de la République islamique de Mauritanie. Dans son laïus,  tenu en Français approximatif mais à la formulation sans équivoque, elle demande, aux alliés et partenaires extérieurs d’enquêter sur cette ambivalence, d’ailleurs relevée, depuis quelques années, par des  observateurs avertis et des média de renom.  Mariem Cheikh souligne, surtout, la naïveté des démocraties de l’Occident et des organisations internationales, quand elles coopèrent avec le Mauritanie, dans le cadre de la lutte antiterroriste, alors que le pays en produit, abrite et exporte.
  3. Ainsi plaidé à visage découvert, le propos vient dévoiler et corroborer la tendance lourde d’une société en cours de radicalisation, sur fond de racisme à l’endroit des africains d’ascendance subsaharienne. Cette dynamique la prédispose à constituer, sous un délai de court terme, le plus grand foyer d’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest. Pour preuve, Mariem Cheikh qui  s’exprimait devant les enquêteurs de la police établit le lien entre le basculement consommé dans l’extrémisme et la récente adoption, par l’Assemblée nationale de Mauritanie, sur proposition du pouvoir exécutif, de lois attentatoires à la liberté de conscience, aux droits de la défense et en totale conformité avec le programme des jihadistes. Or, rappelle Mariem, le pays participe à la force G5 Sahel et envoie ses fils y mener une guerre déjà perdue derrière les lignes.
  4. Dès 2h du matin, 3 officiers de police, tous arabo-berbères, entament jusqu’à l’aube, l’interrogatoire de Mariem Cheikh. Il lui est proposé, en contrepartie de la fin des poursuites, d’accepter l’enregistrement d’un film où elle imputerait sa déclaration litigieuse, à une dictée de Biram Dah Abeid, le leader de son organisation. Un refus catégorique sera opposé à l’offre. Le lendemain, 18 mai, le Procureur près le tribunal de Nouakchott-Sud renvoyait la détenue récalcitrante, au commissariat de police de Riadh III, pour « complément d’enquête », une manière d’obtenir, d’elle, le désaveu public du Président de Ira-Mauritanie.
  5. Finalement, Mariem Cheikh, descendante d’esclave, militante de l’émancipation de la majorité noire en Mauritanie et lanceuse d’alerte sur la propagation du jihadisme, fut relâchée durant l’après-midi, après des heures d’intimidation mais sans atteinte à son intégrité corporelle. Elle encourt de nouvelles persécutions, voire la liquidation physique, par l’effet convergent de la répression d’Etat et du fanatisme accru à l’intérieur de la société Maure, la communauté des anciens maitres.

 

Nouakchott, le 19 mai 2018

Liens connexes :

  1. https://www.chezvlane.com/La-Mauritanie-bascule-dans-le-tourbillon-de-l-extremisme-religieux_a4565.html
  2. https://www.youtube.com/watch?v=9Z87WJiDrKo
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*