M. Abdallahi Matala Seck et M. Moussa Biram restent emprisonnés.


Home » Communiques » Mauritanie : de l’Indépendance à la survie Appel à la refondation

Mauritanie : de l’Indépendance à la survie Appel à la refondation

Le 28 novembre, la République islamique de Mauritanie fête le 57ème  anniversaire de son accession à la souveraineté, après quelques décennies de colonisation française et des siècles de féodalité tribale et d’esclavage. La veille de la commémoration, en 1990, 28 militaires négro-africains furent exécutés dans la garnison-mouroir de Inal, à l’extrême nord du territoire ; la campagne de répression ethnique s’est étendue sur 3 années de déportations, d’exécutions extra-judicaires, de tortures et de purge au sein de la fonction publique, sans omettre la déstructuration de l’appareil d’Etat, de la justice et de l’enseignement.

Jusqu’ici et en dépit des changements de pouvoir, l’impunité protège les auteurs de ces crimes. Passée la phase du déni, l’heure est à l’oubli méthodique. Pourtant, la fracture entre les composantes communautaires atteint un degré d’acuité tel qu’il convient, désormais, de s’interroger sur la continuité d’un modèle de coexistence construit sur l’exception de naissance et l’immunité, envers et contre le droit.

En effet, toutes les contradictions dans le projet national tournent autour de l’inégalité. Historiquement brimée, une majorité de nos compatriotes ne croit plus aux discours lénifiants et exige une explication, à l’épreuve de l’injustice. Plus celle-ci tarde, davantage enflent l’acrimonie et la tentation de la rupture. L’irresponsabilité des élites dirigeantes réside dans leur indifférence paresseuse au défi. Au lieu de se confronter à l’évidence du problème, les gouvernants successifs l’occultent, en vertu d’un optimisme de l’autosuggestion, à la fois suicidaire et de médiocrité. Les autres, la foule anonyme des sans voix, fils et petits fils de cadets sociaux et rejetons des victimes de la brutalité, évoluent, pensent et s’endurcissent dans un univers parallèle, leur monde à part. Cette infra-humanité, en quête de dignité et d’accomplissement temporel, piétine devant les portes de l’état-civil biométrique, la nouvelle technologie au service de l’exclusion. Aussi, la statistique l’ignore-t-elle autant que les urnes.

En 2017, la Mauritanie parvient à un stade de déconfiture et d’atonie qui requièrent l’autocritique et le questionnement viscéral. L’obstruction de l’espoir ouvre la voie royale à l’interrogation sur  l’obstination à envisager un avenir commun, sous le sceau du fait accompli. En d’autres termes, de quelle fondation fiable se réclamerait un contrat social où la spoliation, la préférence et la force brute constituent l’unique garantie de la stabilité et de l’ordre ? De ce doute exacerbé par le déficit de consensus et le découragement ambiant, résulte le désarroi des populations et l’immersion croissante de certaines franges dans les mirages de l’extrémisme. La foule fanatisée est en passe de gouverner au jour le jour, avant de baliser le chemin vers l’instauration d’une dictature des religieux, foncièrement réfractaire à la diversité culturelle et si peu réceptive à l’idée du bonheur ici-bas ; l’environnement régional favorise une telle dérive, d’ailleurs symptôme du délitement programmé de la Mauritanie. Cependant, une opportunité subsiste. Les concepteurs de l’alternative politique, la société civile et les partenaires extérieurs gardent, encore, une marge de manœuvre pour anticiper et détourner le péril mais le temps presse.

A à un peu plus d’un an d’une élection présidentielle dont bien des mauritaniens espèrent la délivrance autant qu’ils craignent la partialité, le moment est venu de rappeler l’imminence de la menace d’implosion, afin d’amplifier l’appel au sursaut.

Il est à présent légitime de repenser la Mauritanie de demain, selon la double urgence de la survie et de l’aptitude à la pérennité. Or, l’objectif vital, n’autorise plus l’atermoiement, encore moins la dilution de la volonté et de l’imagination créative dans le confort de la langue de bois et de certitudes, ô combien faillies.

Le pays que nous voulons rebâtir – oui, il s’agit bien de cela – a besoin, d’abord, d’admettre la réalité de la discrimination comme l’essence de sa reproduction durant 57 ans. Ensuite, il devra entendre et publier la vérité taboue, réparer les torts, enfin, envisager une forme d’organisation et de partage qui consacre les principes universels d’équité. Si nous tenons à la paix collective, aucune culture, aucune langue, aucune généalogie ne bénéficiera plus d’un statut de prééminence, encore moins de supériorité. Il en découle, sous peine d’exacerber la violence revendicative, la fin des privilèges matériels et statutaires et l’abolition de la mainmise économique d’une minorité sur l’Etat et l’économie. La Mauritanie du mérite rationnel et de la performance présuppose, aussi la redéfinition du rapport des forces armées et de sécurité à l’exercice du pouvoir. L’expérience sinistre des juntes et de leurs avatars grimés en civil conclut à l’échec, sans appel. L’institution militaire, en charge de préserver les institutions et l’intégrité des frontières s’est dévoyée de sa mission ; une oligarchie tribale ayant érigé la prédation en doctrine d’engagement opérationnel, a éloigné le soldat du citoyen et ainsi précipité la banqueroute.

Le présent appel s’adresse, en priorité, aux acteurs du premier cercle de la décision : Le Président de la République en fin de mandat, les leaders de partis et d’opinion et toutes les personnalités reconnues pour leur aptitude à mener le vrai dialogue  ne peuvent plus se dérober à l’impératif du moment :  ressusciter le rêve pionnier des fondateurs, celui du trait d’union entre les deux Afriques, de la modernité mais surtout de l’égalité, enjoint de nous asseoir ensemble, discuter de tout et oser, pour une fois, le compromis viable.

Nouakchott, le 28 novembre 2017

Conscience et résistance (Cr, association social-démocrate, écologiste et laïque, non autorisée).

Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA – Mauritanie, association antiesclavagiste, engagée, dans la défense et la protection des droits humains, milite pour l’instauration de l’état de droit et du renouveau religieux,  non-autorisée).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*