Home » archives » L’éditorial de www.saheljournal.info : Comprendre les larmes du juge…

L’éditorial de www.saheljournal.info : Comprendre les larmes du juge…

camara_moussa_seydi_9336

Sahelinfo – Dans quelques jours, on assistera au procès en appel des militants des droits de l’homme (Biram Dah Abeid, Brahim Bilal Ramdhane et Djiby Sow). Ils avaient été condamnés en première instance à deux ans d’emprisonnement ferme assortie d’amende devant le tribunal régional de la wilaya du Trarza (Rosso).

Un procès qui avait tenu en haleine tout un pays, voire une grande partie du monde civilisé. Les détenus, désormais pensionnaires de la prison d’Aleg (wilaya du Brakna), avaient marché contre l’expropriation et l’esclavage foncier en soutien aux populations de la Vallée.

Ces populations ont été dépossédées de leurs terres au profit des agro-businessmen, et certaines d’entre elles (exemple : village de Donaye – Trarza) n’ont même plus là où enterrer leurs morts. Pour ses morts, les habitants de Donaye traversent le fleuve pour aller au Sénégal afin de pouvoir les enterrer. Une grande partie des cimetières du village de Keur Madiké (Trarza) a tout simplement été transformée en champs de culture.

C’est dire qu’avec ce système qui a détruit l’identité morale de la Mauritanie, même mort, l’homme de la Vallée, n’est laissé en paix. Quelle cruauté, vu le respect que les musulmans doivent aux morts et aux cimetières !

Pour avoir marché contre cette injustice, Biram et ses amis sont en prison, dans un isolement total, dit-on. Pour cela, en Mauritanie, on perd sa liberté après un jugement qualifié de fantaisiste par les avocats. Dans cette Mauritanie de l’inféodation de la justice à l’exécutif on ne pouvait s’attendre à la manifestation de la justice dans ces genres des procès. A moins d’une énorme surprise…

Le juge savait qu’à l’énoncé du verdict, il inscrivait son nom dans l’autre histoire de la Mauritanie ; l’histoire d’un système, d’une coterie de personnes en cols blancs qui ont usé et abusé de la Mauritanie, la désastreuse histoire d’un pays maintenue dans une ruine comportementale qui ne dit pas son nom. Mais le curieux c’est que le juge lui-même se retrouve avec les yeux larmoyants le dernier jour de l’audience, et ce après les dernières paroles des prévenus. Ce qui ne laisse pas sans interrogation.

Ses larmes signifieraient-elles le remords qu’il a d’un verdict qu’il allait annoncer et qu’il savait sans rapport avec le chef d’accusation? Ou, tout simplement, comme beaucoup d’autres citoyens présents dans la salle d’audience, le juge lui aussi, était sous le coup de l’émotion ? Qui pouvait écouter ces prévenus sans pincement au cœur ? Personne… même Abdel Aziz allait être dans un état second s’il avait écouté les dernières paroles de Brahim Bilal Ramdhane et ses amis.

Le vécu raconté. Un vécu qui fait pleurer. Mais un juge, un autre juge et un autre encore pleureront car les habitudes (en Mauritanie surtout) ont la vie dure. Brahim nous a plongés dans le désarroi, par son histoire de petit esclave ayant subi le plus dur des calvaires ; un calvaire qui a duré plus d’une décennie. Et, dit-il, sans être animé du moindre esprit de vengeance, il a décidé de combattre ce phénomène, pour le bien et l’avenir de ce pays, car sa cohésion en dépend, pour que son unité cesse d’en souffrir et que la paix sociale cesse d’être menacée.

Brahim déclare : « Je suis arrêté par le système des maures et jugé par des maures ; on se croirait en Afrique du Sud de l’époque de l’Apartheid. Mais j’ai espoir car ces avocats qui m’ont défendu, composés en grande partie de maures, pourraient être le fondement d’une Mauritanie nouvelle et consciente».

Pour Djiby Sow : « Moi, comme ces populations, notre quotidien est la radicalité de la misère dans son expression la plus sombre. Nous voulons être des Mauritaniens de droits et de devoirs sur nos terres, les terres des nos ancêtres. Est-ce trop demandé dans un pays qui se veut de droit et islamique ? Monsieur le juge, je vous montre Allah, Le Véritable juge. Décidez en pensant à notre religion»…

Biram, mon ami, dit à Brahim que sa fille (Toutou) a compris ; comprise ce qui lui arrive et qu’elle est contente de son PAPA. Elle est plus forte que jamais, avec le sourire d’une Mauritanienne prête à prendre la relève d’un père digne et honorable, reprendre le combat pour une Mauritanie perdue. Quant à toi mon ami, sache que le « gourlain ou gourrion » (Lehbouss) a repris ses chansons guerrières pour te dire que l’héritage est assuré dans la sérénité et la détermination. C’est ça donner un sens positif de sa vie et son existence.

Mais mon ami ce qui me chagrine, et il faut le lui dire, c’est que mon « DENDI » Djiby Sow, pour la Mauritanie, est parti en prison avant moi. Pour ça, mon ami je m’en veux… Même si ma vie d’un journaliste au journal, à cause de sa ligne éditoriale, privé de tout soutien hypothéquant sa régularité voire son existence même, n’est pas loin d’un séjour à la citadelle du silence.

C’est aussi une option, une responsabilité que nous avons et continuerons à assumer au prix de l’existence de notre journal, La Nouvelle Expression. Le déni par les pouvoirs publics de la dure réalité mauritanienne, de son destin et de son histoire fait courir à cette Afrique en miniature un avenir teinté d’incertitudes.

Chers amis, ça pourrait paraitre cruel mais c’est tout de même une vérité : la Mauritanie civilisée remercie les pouvoirs publics pour vous avoir arrêtés et condamnés. Car, par cet acte, ils ont révélé au monde entier leur véritable nature, en ce 21ème siècle. Un pouvoir dit de démocratie qui condamne les citoyens pour leurs opinions et engagement auprès des populations analphabètes et pauvres est une dictature de basse mouture.

Un pouvoir qui condamne les citoyens pour avoir dit non à l’injustice pour faire comprendre aux populations leurs droits et devoirs dans un Etat qui se veut de droit, c’est de l’amateurisme politique remis au goût d’un passé récent bien connu du Mauritanien.

Dans ce qui vous (Saad, Mariem, Ould Jiddou, Hanana, Boubacar…) arrive, c’est la réponse normale d’un système de démocratie de façade. Un système entretenu par des sangsues qui ont sucé et continuent à sucer la Mauritanie.

Ce système qui bannit et qui broie le citoyen est entré, à coup sûr, dans sa fin de parcours, la fin de son cycle. Un système ne peut être construit et résister éternellement dans le déni, le dédit, le mépris, le faux, le mensonge et la tricherie.

Ce système qui nous a rendus encore plus bêtes que nous ne le sommes ne peut continuellement considérer le peuple comme «un bétail électoral» et les forces politiques comme des outils pour garantir ou légitimer sa volonté d’un Etat sans vision et sans avenir.

Sereinement et dans l’imminence, il est de temps de repenser les fondements d’une vraie nation mauritanienne. Car cette Mauritanie d’aujourd’hui, comme décrite par tant des personnes, est irrécupérable.

Camara Seydi Moussa

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*