Home » archives » Reprise du procès Biram des antiesclavagistes: La raison l’emportera-t-elle ?

Reprise du procès Biram des antiesclavagistes: La raison l’emportera-t-elle ?

ouvertur_prc_bir_014

Le Rénovateur Quotidien – Aujourd’hui jeudi 15 janvier 2015 sera une journée historique pour le système judiciaire mauritanien et pour la raison sociopolitique nationale, dans le cadre de la reprise du procès des détenus de Rosso de l’IRA dont les principaux leaders de l’organisation.

Pour la communauté internationale et la majorité de l’opinion publique nationale, un dénouement de ce bras de fer judiciaire entre le pouvoir et les défenseurs antiesclavagistes serait très bénéfique pour tout le monde, dés lors qu’ il repositionne les uns et les autres sur des nouveaux fronts plus prudents, plus constructifs et plus engagés par rapport à une cause commune où la méthode utilisée souffre de part et d’autre d’avantages mais également d’inconvénients.

Partout, des appels sont lancés pour l’acquittement des militants antiesclavagistes dont le dossier, malgré les événements de Charlie Hebdo, est resté omniprésent, particulièrement chez les mauritaniens convaincus de la gravité à court et moyen terme de gestion passive de l’épineux dossier de lutte contre l’esclavage, principal moteur de l’activisme de l’IRA et de ses hommes tenaces à déclencher la locomotive de la justice sociale et de la fin de l’exclusion.

Les autorités sont conscientes de ces risques sociaux qui pèsent sur le pays et qui méritent une gestion saine ainsi qu’une grande vigilance pour permettre au pays de passer sans dommage les nombreux écueils qui entravent son passage vers la berge du salut.

Selon des observateurs, reporter de nouveau le procès des détenus de l’IRA serait un recul déplorable de l’indépendance de la justice qui n’arrive pas encore, depuis 60 jours, à dénouer un dossier judiciaire quasi vide. La raison sociale et politique la plus sage et la plus réconfortante pour les mauritaniens, toutes catégories confondues, exception bien sûr des maitres esclavagistes, est de clore ce procès en déclarant un non-lieu pour les détenus de Rosso.

L’expérience carcérale et le temps perdu dans la construction de la Mauritanie une et indivisible feront sans doute le chemin de la refondation de la Mauritanie sur des bases saines et équitables.

Certes, ni les défenseurs de l’IRA ne renonceront à leur lutte, ni les autorités ne reculeront devant la moindre imprudence, coute à l’inventer pour ramener le pays aux périodes de répression, mais, ces deux derniers mois, auront été riches en enseignements et pour les antiesclavagistes et pour le pouvoir, pour prospecter de nouvelles méthodes permettant de décrisper les tensions et d’œuvrer chacun de son côté pour lutte contre l’esclavage ou ses séquelles. Prions pour qu’il en soit ainsi Amin.

Md O Md Lemine

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*