Home » archives » Bulletin 38 :Scandale à la prison d’Aleg

Bulletin 38 :Scandale à la prison d’Aleg

ira_logo

Les autorités ont accepté que les femmes des détenus leur rendent visite. Mais arrivées sur les lieux, elles n’ont pu trouver leurs maris qu’après de longues tracasseries et d’attentes elles ont quand même pu malgré toutes les entraves entrer.
Leyla Ahmed KHLIVA, la femme de Biram Dah ABEID a tout simplement boudé parce qu’elle trouve que les conditions sont tout simplement indignes : elle est dans le bureau du régisseur rempli d’éléments de la garde qui les écoute, elle a donc préféré quitter malgré les injonctions du capitaine qui dit appliquer les ordres. Comme le chef de la garde ne comprenait pas poular, la conversation entre Djiby SOW et sa femme, madame Diyé DIENG était traduite au fur et à mesure qu’elle parlait. « Qu’est ce qu’elle a dit ? » demandait-il « qu’a-t-il répondu ?» C’est tout simplement humiliant.
Madame Diyé DIENG a eu quand même le temps de voir que les poignets de son mari sont encore enflés à cause des menottes.
Dans le cadre de la manifestation pacifique organisée ce lundi 19 janvier 2015 à 11h devant le ministère de la justice, par le manifeste des haratins, on a noté beaucoup de blessures dont celle de monsieur Boubacar Messaoud président de l’ONG SOS esclaves qui était particulièrement visé, celle de Moussa Bilal BIRAM, celle Abdallahi HEMDI, Saleck JAAVAR, Youma Aissa KANE.
Lors de cette manifestation pacifique, on déplore l’arrestation de Elhaj ELID président de la section IRA-Mauritanie de Riyadh (quartier périphérique de Nouakchott), de Hamza JAAFAR de Mohamed CHEIKH, de Amadou TRAORE de HASSANE et jusqu’à présent on est sans nouvelles d’eux, ils ont eu juste la présence d’esprit de lancer un SOS avant que leurs téléphones ne s’éteignent.

Intervention de Boubacar Messaoud

Intervention de Boubacar Messaoud

Boubacar Messaoud reçoit les premiers soins

Boubacar Messaoud reçoit les premiers soins

le visage enflé de Abdallahi Mehemdi à cause de la torture infligée par la police

le visage enflé de Abdallahi Mehemdi à cause de la torture infligée par la police

La repression était aveugle

La repression était aveugle

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*