Home » archives » Affaire de IRA : L’art de crever l’actualité

Affaire de IRA : L’art de crever l’actualité

ira_logo.jpg
L’esclavage, l’unité nationale, le racisme, l’extrémisme…Tout cela est devenu depuis plus d’un mois les thèmes les plus saillants de l’actualité nationale et les sujets les plus galvaudés par les plumes et les analystes les plus chevronnés. Et c’est parce qu’il fait l’actualité, que le mouvement antiesclavagiste IRA, incarne aujourd’hui cette tempête médiatique qui secoue la Mauritanie et occupe le centre de préoccupation des Mauritaniens, du citoyen lambda jusqu’au président de la République.

Les partisans du mouvement IRA considèrent que c’est par la justesse de leur combat et l’efficacité de leur méthode inédite, mélange de culot, de violence verbale et d’insolence, que ce mouvement s’est imposé au fil des années comme l’icône le plus attractif dans le domaine de la lutte contre ls pratiques esclavagistes en Mauritanie, mais aussi le sujet de presse le plus médiatisé. Selon eux, là où les autres ont échoué à faire avancer la cause par leur attachement aux convenances, IRA a déplacé en quelques petites années des montagnes de conviction, secouant le cocotier de l’esclavagisme et faisant tomber comme des fruits précoces la suffisance innée des classes dominantes.

Depuis l’arrestation de ses membres le 11 novembre 2014 le mouvement IRA se serait ainsi imposé comme sujet de prédilection, aussi bien sur le plan officiel que privé, forçant sur la place publique les thèmes de son combat. Les partis politiques, dont le parti au pouvoir, mais aussi la société civile a ainsi multiplié les conférences et tables-rondes autour de l’esclavage, le racisme, l’unité nationale. Des thèmes devenus récurrents dans toutes les pages des journaux, des sites électroniques, nourrissant les plateaux de télévision et les studios des radios privées.
Pas un responsable de l’Etat n’a raté le sujet de IRA et IRA, du Premier ministre, au ministre de la Justice jusqu’au président de la République, que ce soit dans la solennité feutrée des conseils des ministres, au sein de l’hémicycle de l’Assemblée nationale ou au détour des conférences de presse présidentielle et en marge des rencontres internationales abritées par la Mauritanie.

Le mouvement a même porté sa marque plus loin, s’immisçant à son corps défendant dans les dossiers diplomatiques de la Mauritanie, suscitant le tango des délégations officielles et nourrissant l’angoisse des hommes du système.
le procès des militants de IRA qui s’ouvre demain, mercredi, est déjà l’objet d’une attention toute particulière, à travers le pays mais aussi hors de ses frontières. Le Quai d’Orsay a dans ce cadre publié un communiqué dans lequel il réitère son attachement à la liberté d’expression, d’association et de manifestation pacifique garantie par la Convention internationale sur les droits civils et politiques ratifiés par la Mauritanie. Il a également exhorté les autorités à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre toutes les formes d’esclavage, conformément à leurs engagements internationaux.

JOB

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*