Home » News » Répression des anti-esclavagistes

Répression des anti-esclavagistes

Mauritanie Le principal imam aurait appelé à l’élimination d’un dirigeant politique noir.

Le Mauritanien Biram Dah Abeid, 49 ans, a reçu en 2013 le prix de l’Onu pour les droits de l’homme – comme Nelson Mandela avant lui. Ce prix couronnait son tra­vail pour les droits des Noirs de Mau­ritanie, esclaves – oui, il y a toujours des esclaves! – ou hommes libres trai­tés en citoyens de seconde catégorie par la minorité ethnique arabo­ber­bère, qui constitue l’écrasante majo­rité de l’élite du pays. Descendant d’esclaves et candidat indépendant à la présidence cette an­née, Biram Dah Abeid est de nouveau à la “Une” de l’actualité mauritanienne avec
son organisation Ini­tiative pour la résur­gence du mouvement abolitionniste (IRA).

Prêche

Le 23 octobre, M. Abeid avait donné à Nouakchott, la capitale du pays pour diffuser une déclaration des élus et ONG de Chicago (États Unis) appelant la communauté internationale à mettre  fin à l’impunité de l’esclavage en Mauritanie. Le lendemain, le mufti(autorite religieuse) de la Grande mosquee de Nouakchott, Ahmedou Habibou Rahmane – qui serait selon IRA, le propriétaire de “dizai­nes de familles esclaves” – lors de la prière du vendredi, s’en est pris à l’IRA et à son président, qualifiés d’“impies”, d’“apostats”, d’être “à la solde du sio­nisme”, réclamant la répression du mouvement abolitionniste et encou­rageant la mise à mort de ses mem­bres, selon M. Abeid. Parmi les ouailles se tenait un mili­tant de l’IRA, Brahim Ould Jiddou – lui­même imam – qui se dressa et cria au mufti, raconte Biram Dah Abeid: “Tu mens, c’est toi l’impie, c’est toi l’es­clavagiste, le criminel!”. Le mufti or­donne alors à ses proches disciples – “tous arabo-­berbères”, indique M. Abeid– de châtier son contradic­teur. Mais les Haratines (descendants d’esclaves, noirs) de l’assemblée s’in­terposent et une bagarre générale éclate. La police y mit fin en évacuant la Grande mosquée mais, le soir­ même, trois membres de l’IRA furent arrêtés par la direction de la Sûreté de l’État, dont Brahim Ould Jiddou, le contradicteur du mufti. Selon M. Abeid, ils ont subi des interrogatoi­res sur les liens entre l’IRA et la classe politique et ONG noires américaines.

Il est “licite” de castrer son esclave

[La version locale de la charia est toujours enseignée […]. Elle explique les façons “licites” d’abuser de son esclave, de la vendre.]

Un “sit­in” pacifique de l’IRA devant le commissariat où étaient incarcérés ses membres fut dispersé le 25 à coups de bâtons et bombes lacrymo­ gènes et deux autres abolitionnistes arrêtés. Tous sont inculpés: “perturba­tion de la prière”, “incitation à la haine” et “à la rébellion”. Le 30 octobre, le ministre des Affai­res islamiques, Ahmed Ehel Daoud, accordait son soutien au mufti de la Grande mosquée. Ce ministre est lui­ même, selon l’IRA, un défenseur de la version maurita­nienne de la charia, selon laquelle l’esclavage fait partie de l’islam.

Cette version “est tou­jours enseignée dans les écoles coraniques, dans les écoles de magistrats, d’administrateurs et d’officiers de police judiciaire”, auxquels elle explique “les façons “li­cites” d’abuser de son es­clave, de la vendre, de la châtier, d’en partager les enfants” ou “de castrer”  un esclave homme “pour prévenir tout con­tact sexuel avec les fem­mes bien nées”, dit M. Abeid.

Le mufti de la Grande mosquée a indiqué lors de son prêche du ven­dredi 31 octobre que le ministre Daoud lui avait transmis le soutien personnel du président Aziz. Une nouvelle fois, un activiste de l’IRA présent, Sabbar Houssein, dé­nonça les appels répétés du mufti à la mise à mort des abolitionnistes et la persistance de l’esclavage, notam­ment dans les propriétés foncières du mufti. Des policiers ont alors tenté de l’arrêter, mais des fidèles Haratines les en ont empêchés.  Sabbar Houssein a été arrêté le 1 er novembre et trois autres militants le 2, à leur sortie de la mosquée des Nobles, où ils avaient, eux aussi, répli­qué à une violente diatribe de l’imam du lieu contre l’IRA.

 

MFC, La Libre Belgique

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*