Home » Communiques » Boutilimit: Communiqué de presse

Boutilimit: Communiqué de presse

Les quatre sœurs de la famille Ely Ould Emhammed, à savoir Fatma, Emmouha, Deyda et Aicha, résidentes de la localité de Ajouwer (50 Km à l’est de Boutilimit dans la région de Trarza) ont passé à tabac la jeune esclave (17 ans) à la suite d’une altercation verbale que la victime aurait eu avec l’une d’entre elles.

La victime, accompagnée par sa mère, a porté plainte contres les assaillantes au près de la gendarmerie. Mais le père de la victime est intervenu pour retirer la plainte après avoir reçu la visite du frère des auteurs de l’agression, Monsieur Amar Ould Ely Ould Emhammed (qui n’est autre que le candidat du parti au pouvoir à la mairie d’Ajouwer) accompagné d’un douanier du nom de Ould Kheyri Ould Emboukhoukha. Le responsable politique et le gendarme auraient expliqué à la gendarmerie que l’affaire n’est rien d’autre qu’un différend “entre sœurs de la même famille”.

Abandonnée à son sort, la victime prit contact avec la section d’IRA de Boutilimit  en lui demandant de l’épauler. Quant aux sœurs Ely Ould Emhammed, elles ont continué à vaquer à leurs occupations à Ajouwer en toute quiétude.

Des membres du bureau local d’IRA ont accompagné, ce mardi 10 septembre, la victime au près de la brigade de gendarmerie de Boutilimit pour réintroduire sa plainte. Ils attendent, d’un moment à l’autre, la visite du Président d’IRA-Mauritanie, Biram  Dah ABEID, qui est de retour de la région du Gorgol.

Parallèlement à cette démarche administrative et judiciaire, IRA compte organiser deux sit-in de façon concomitante à Nouakchott et à Boutilimit pour signifier son soutien sans faille à la victime. A cette occasion, IRA engage les Autorités à prendre leurs responsabilités en matière de lutte contre l’esclavage et pour les droits de l’homme et de cesser la politique de l’impunité dont bénéficient systématiquement les féodalités arabo-berbères du pays.

 

Boutilimit mardi 10 septembre 2013                                                      La  Commission de Communication

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*